Alors que 83% des Français avouent posséder au moins un téléphone portable inutilisé dans le fond d’un tiroir, en France, les consommateurs semblent de plus en plus sensibles et réceptifs à la question du reconditionnement des smartphones, selon une enquête menée par l’Ifop pour l’entreprise SMAAART.

Yesyes, Rebuy, Back Market, Certideal, SMAAART… Depuis plusieurs années, les entreprises françaises spécialisées dans le reconditionnement de smartphones se multiplient. Selon l’Institut d’études Gfk, plus de 2 millions de téléphones mobiles reconditionnés se sont écoulés en France en 2017, sur un total de 24 millions vendus dans l’année. Cette tendance serait à la hausse ; à contrario, le taux de smartphones neufs tendrait à décroitre (-22,4% pour les mobiles neufs entre 2015 et 2017).

Responsable, écologique et économique

Aujourd’hui, un Français sur cinq a déjà été conquis par un smartphone reconditionné, selon une étude Ifop réalisée pour SMAAART. Parmi les 18 - 23 ans, ce chiffre atteint même les 31%. Pour ceux qui n’ont pas encore franchi le pas, l’intérêt serait croissant. Selon l’enquête, 36% des 18 - 65 ans se disent prêts à se laisser tenter. Les potentiels sont infinis: tant du point de vue des vendeurs - qui pourraient libérer leurs tiroirs et gagner de l'argent - que pour les acheteurs - qui pourraient s'offrir un smartphone pour un prix moindre.

Le seul frein qui persiste? Un problème de définition du reconditionnement. Deux personnes interrogées sur trois confondraient téléphone reconditionné et téléphone d’occasion. Pour rappel, un téléphone reconditionné présente quasiment les mêmes caractéristiques que celui d’un appareil neuf. Généralement, ces appareils - des anciens modèles d'exposition ou des modèles qui présentent de petites anomalies corrigées depuis - ont été retournés par des clients mécontents. Pour cette raison, les mobiles reconditionnés sous très souvent vendus sous garantie, à la différence des mobiles d'occasion.

A ne pas confondre avec les smartphones d’occasion

« Chez SMAAART, nous nous occupons de vérifier que l’appareil répond à 40 points de contrôle, que sa batterie - le point souvent sensible - est opérationnelle ou alors nous la changeons, que ses accessoires et ses fonctionnalisés sont opérationnelles avant de le proposer à la vente. Il est impératif d’apporter une garantie supplémentaire par rapport à un simple téléphone d’occasion », a expliqué Marlène Taurines, directrice générale de l’entreprise SMAAART.

Afin de sensibiliser le plus grand nombre, SMAAART a ouvert une boutique éphémère au coeur de Paris, au 16 rue Saint-Merri dans le 4ème arrondissement. Les consommateurs peuvent librement venir s’y informer, revendre un smartphone et repartir avec un bon d’achat de la valeur équivalente - valable uniquement chez SMART, au pop-up store ou en ligne -, ou acheter un nouvel appareil sur place.

A quelques semaines des fêtes de Noël, 29% des personnes interrogées ont avoué être tentées d’opter pour le smartphone reconditionné en guise de cadeau de Noël. Et vous, vous laisseriez-vous tenter? L'enquête citée a été réalisée par l’Ifop pour SMAAART, du 26 au 30 octobre 2018, auprès d’un échantillon de 1000 personnes représentatif de la population française, âgées de 18 à 65 ans.

 


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire