© gian-cescon

L’arrivée de la 5G en France et l’attribution des fréquences approchent. Les opérateurs mobiles s’y préparent à leur rythme. Certains plus que d’autres multiplient les expérimentations dans les grandes agglomérations. Qui d’Orange, Free, SFR et Bouygues Telecom anticipent le mieux le déploiement de la 5G ? Quels sont les retardataires et pourquoi ? On vous dit tout. 

SFR expérimente la 5G à Toulouse

Après Paris et Nantes, l’opérateur internet et mobile du groupe Altice a récemment présenté sa première antenne 5G à Toulouse. Pourquoi Toulouse ? Selon l’opérateur, Toulouse Métropole constitue une nouvelle zone principale pour le déploiement du réseau 5G. L’objectif de SFR est de faire vivre la 5G à Toulouse, notamment pour accompagner les entreprises et professionnels avec de nouveaux services connectés.  

Après avoir annoncé sa première antenne 5G, SFR poursuit sa phase d’expérimentation dans la ville rose avec son premier test : diffuser des contenus vidéos 4K sur son réseau mobile. Exercice supposé périlleux mais réalisé avec succès par SFR. L’opérateur compte poursuivre ses expérimentations dans la ville et ses alentours. C’est le cas pour l’aérodrome Toulouse Francazal où plusieurs entreprises spécialisées dans les nouvelles mobilités sont en collaboration avec la Métropole. Elles pourront ainsi bénéficier de la technologie 5G pour innover dans leur secteur. Aujourd’hui, l’opérateur au carré rouge dispose de 25 antennes 5G dans toute la France. 

Bouygues Telecom teste la 5G à Bordeaux

L’opérateur Bouygues Telecom comptabilise 63 sites d’expérimentations de la 5G dans toute la France. Parmi eux, Bouygues teste la conduite des véhicules autonomes via la 5G près de Lyon.

Il s’attaque aujourd’hui à Bordeaux pour des expérimentations “grandeur nature”. Le fournisseur mobile dispose de deux antennes-relais, situées à quelques kilomètres l’une de l’autre pour effectuer plusieurs communications. Grâce à ses deux plateformes, Bouygues Telecom peut illustrer les nouvelles activités promises par la 5G. Parmi elles, le pilotage de véhicules à distance, la télémédecine ou encore la diffusion simultanée de contenus vidéos 4K live sont des usages que teste Bouygues Telecom. À ce jour, Bordeaux Métropole collabore avec l’opérateur sur ses expérimentations de la 5G. Leur objectif est d’améliorer les réseaux d’éclairage public dans le cadre du développement de nouvelles infrastructures. Suite à l’autorisation de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), Bouygues Telecom continue ses tests et lance quatre autres expérimentations 5G en France sur la bande de fréquences 26 GHz.  

Free en retard sur ses concurrents 

Alors que SFR, Bouygues Telecom et Orange ont lancé leurs premières antennes respectives en 2018, Free est entré dans la course des expérimentations 5G en septembre 2019 seulement. 

Selon l’ANFR (Agence nationale des fréquences), Free serait bel et bien en retard d’un an sur ses concurrents. En collaboration avec les équipements de Nokia, il a lancé sa première expérimentation 5G au cœur même de l’incubateur de start-up parisien créé par Xaviel Niel. 

Aujourd’hui, l’opérateur s’est vu attribuer la bande de fréquence 3600-3700 MHz par l’Arcep. Il comptabilise actuellement sept antennes 5G, ce qui devrait l’aider à rattraper son retard quant aux expérimentations 5G.

Orange domine les expérimentations 5G

Toute comme son déploiement mobile sur le territoire français, Orange prend la tête du classement des expérimentations 5G. L’opérateur historique avait lancé ses premières antennes dès 2018 dans plusieurs villes dont Paris, Lille et Douai. 

Orange possède 287 antennes 5G dans toute la France, dont Montpellier, Paris, Pau, Lille, etc. Toutes permettent de tester la connectivité des mobiles dans des zones plus ou moins denses. Elles expérimentent également le réseau 5G au bénéfice des industriels, notamment dans le secteur du transport autonome. Orange a décidé de se passer des services de Huawei face aux menaces potentielles d’espionnage attribuée à la société chinoise. L’opérateur mobile privilégie des collaborations avec des partenaires institutionnels plus fiables, tels que l’UTAC CERAM. 

 Si l’attribution des fréquences 5G aux opérateurs a longtemps fait l’objet de polémiques et autres débats, cela devrait s’accentuer. Le président de l’Arcep, Sébastien Soriano, a confirmé qu’une partie des fréquences 5G serait dédiée aux industriels, le but étant de leur faire bénéficier du réseau 5G pour favoriser le développement de leurs activités.


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire