ecouteurs casques audio danger surdite
© Steinart

 

Aujourd’hui, la musique avec un casque audio ou des écouteurs se consomme dès le plus jeune âge (et parfois même dès le berceau). Selon l’OMS, dans le monde, c’est près de 50% des 12-35 ans qui sont exposés à une perte auditive. Pour pallier à ce phénomène inquiétant, l’organisation suggère la mise en place d’une série de mesures.

1,1 million, c’est le nombre de jeunes âgés de 12 à 35 ans, à travers le monde, menacés par un risque de surdité sur le long terme, selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 12 février 2019. En cause : le port de casques audio et d’écouteurs. Pour empêcher ce phénomène, l’OMS propose une série de mesures.

1,1 million de jeunes menacés de surdité

“Pour l’instant, nous n’avons que l’instinct qui nous dit si le volume est trop élevé”, explique Shelly Chadha, spécialiste de la prévention de la perte auditive à l’OMS : “C’est comme si vous conduisiez sur l’autoroute, mais sans compteur de vitesse ni limite de vitesse sur votre véhicule. Ce que nous proposons, c’est que vos smartphones soient équipés d’un compteur de vitesse, un système de mesure qui vous indique la quantité de son que vous recevez et qui vous dit si vous dépassez la limite”.

Concrètement, l’OMS recommande aux fabricants de mettre en place un logiciel qui permettrait de mieux repérer le seuil de “tolérance sonore”, en fonction du niveau et de la durée d’exposition. L’OMS a également imaginé des options telles qu’une réduction automatique du volume à partir d’un certain seuil et un contrôle parental. Enfin, l’OMS préconise une meilleure information sur l’écoute sans risque, y compris dans les salles de spectacles, les concerts, les stades ou certains centres de fitness, dont le volume musical est parfois jugé comme étant trop élevé.

Si l’on perd son audition, elle ne revient plus jamais

“Les jeunes doivent comprendre que s’ils perdent l’audition, elle ne reviendra plus”, précise dans le communiqué le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. D’un point de vue anatomique, chaque oreille possède 15 000 cellules ciliées à la naissance : c’est notre capital auditif. Une fois que ces cellules sont détruites, elles ne se renouvellent pas. L’usage intensif d’écouteurs ou de casques audio dès l’enfance a de fortes chances de provoquer des problèmes d’audition, qui apparaîtront entre 30 et 40 ans, au lieu de 65 ans habituellement.

La fatigue auditive se manifeste à partir de 80 décibels (dB). Concrètement, elle se manifeste par l’impression d’avoir les oreilles bouchées avec du coton ou des bourdonnements. Il devient alors plus difficile de dissocier les sons des voix, lorsqu’il y a du bruit autour. D’après les données de l’Institut National de recherche et de sécurité (INRS), il faut 8 heures d’exposition à 80 dB pour détériorer l’audition, mais seulement 1 heure à 89 dB et quelques minutes à 100 dB.

80 décibels : le volume sonore maximum

Les mesures proposées par l’OMS ne sont pas obligatoires. Les chercheurs espèrent tout de même que les fabricants et les gouvernements les adopteront rapidement. Aujourd’hui, seule l’Union européenne a mis en place une réglementation régissant les volumes sonores. En attendant, voici quelques conseils pratiques : faites des pauses toutes les 2 heures d’écoute, utilisez des protections auditives en milieu bruyant (concerts, stades, etc.) et veillez à maintenir un niveau sonore à moins de 80 dB.

 


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire