Qu'est-ce que le Wimax ?

Le terme Wimax n'est autre que l'abréviation de l'expression « Worldwide Interoperability for Microwave Access ».

Utilisé comme label commercial, il désigne un standard de communication sans fil et est basé sur un ensemble de règles : les normes IEEE 802.16. Ces normes contiennent toutes les spécifications nécessaires au travail des constructeurs qui développent les équipements et les réseaux nécessaires à la transmission des données à haut débit, par voie hertzienne.

En France, le Wimax existe depuis 2006, année durant laquelle l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) a attribué les toutes premières licences.

Contrairement au Wi-Fi qui est destiné à un usage local, le Wimax doit couvrir des surfaces beaucoup plus vastes. Son rayon peut atteindre 10 à 50 kilomètres en moyenne, en fonction de la nature du territoire concerné et bien évidemment, des obstacles rencontrés par les ondes. Sur le papier, le Wimax devrait permettre un haut débit de données pouvant aller jusqu'à 75 Mb/s. Dans les faits, son débit dépasse rarement les 20 Mb/s bien que la technologie soit vouée à évoluer et donc, à s'améliorer avec le temps.

Le Wimax : comment ça marche ?

Le principe

La couverture peut aller jusqu'à 15kmL'objectif du Wimax est de permettre une connexion entre une station de base, la Base Transceiver Station (généralement abrégée « BTS ») et des milliers d'utilisateurs sans avoir à utiliser de ligne directe.

Dans ce cadre, la BTS a la particularité d'être reliée par fibre optique à l'infrastructure du fournisseur d'accès à Internet. Pour recevoir ces ondes et utiliser le réseau, les abonnés situés dans le rayon installent quant à eux une antenne sur leur toit. On parle alors de liaison point-multipoints.

Le Wimax mobile (norme IEEE 802.16e) prévoyait quant à lui de connecter des clients mobiles au réseau internet. Dans ce cadre, on aurait alors parlé d'une « téléphonie mobile sur IP » mais ce standard a finalement été laissé de côté au profit de la norme LTE et des réseaux 4G que nous connaissons actuellement.

Déployer le réseau : les contraintes

Le déploiement d'un réseau Wimax est soumis à des contraintes diverses :

  • Obtenir une licence
    Pour développer un réseau Wimax, il est nécessaire de détenir une licence. Or, le nombre de licences est limité sur le territoire français. On en compte deux par région, ces dernières s'ajoutant à la licence nationale détenue par le groupe Iliad.
  • Disposer d'un point situé en hauteur et d'une ligne de vue
    Etre en hauteur permet de bénéficier d'une meilleure couverture.

Lorsque l'émetteur et le récepteur se situent sur une ligne de vue, la couverture d'un réseau Wimax peut aller jusqu'à 15 kilomètres en moyenne. Lorsque la ligne de vue est rompue, la transmission haut débit est toujours possible mais le débit baisse inexorablement.

Wimax: avantages et inconvénients

Les +

Le Wimax est particulièrement utile en zone rurale peu dense. Il peut en effet fournir une couverture haut débit à des zones qui avaient été jusque-là délaissées par l'ADSL ou la fibre, deux technologies qui limitent les zones d'éligibilité.

Grâce au Wimax, il serait alors possible de faire disparaître les zones grises ou blanches pour lesquelles le débit est réciproquement faible et inexistant.

Les - : un débit soumis à la topographie et au partage des utilisateurs

Dans les faits, la technologie Wimax propose malheureusement une couverture beaucoup moins intéressante que dans les estimations.

En effet, si les ondes peuvent passer outre les arbres ou mêmes les maisons, elles perdent considérablement en puissance lorsqu'elles se trouvent face à des immeubles en nombre ou face à des montagnes. La présence de ces obstacles naturels ou artificiels a une incidence directe sur le débit réel (testez-le ici!) qui peut, dès lors, ne pas excéder les 20 Mbit/s.

Quel avenir pour le Wimax en France ?

Si la technologie WiMax n'est pas sans avantage, son déploiement sur le sol français reste soumis à bien des incertitudes. Devant obtenir l'agrément de l'ARCEP, les opérateurs peinent à couvrir le territoire. On note cependant la présence des opérateurs Axione (présent sur les départements du Finistère et des Hautes-Pyrénées) et Altitude Telecom (notamment présent dans l'Orne et en Bourgogne).

Pour le moment, d'autres technologies, telles que la 4G ou la fibre optique, semblent privilégiées par les différents fournisseurs.


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire