C’est à Grenoble que l’équipementier chinois Huawei va ouvrir son cinquième centre français de recherche et développement (R&D). Dédié à la recherche sur les capteurs et le logiciel, ce nouveau pôle de R&D devrait compter jusqu’à 30 chercheurs d’ici 2020.

Après ses centres dédiés aux mathématiques et algorithmes ainsi qu’aux normes 5G installés à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), son centre de design à Paris, et son centre dédié au traitement de l’image photo, situé à Sophia Antipolis (Alpes Maritimes), Huawei s’apprête à ouvrir un cinquième centre français de recherche et développement dédié aux captures et au logiciel à... Grenoble, en Isère.

Plus d’un milliard investis en France

C’est lors de sa conférence annuelle entre fournisseurs et partenaires qui s’est tenue le 27 novembre 2018 que le groupe chinois, présent depuis 16 années en France, a officialisé la nouvelle. Ce nouveau centre de R&D a été installé à Grenoble du fait de sa proximité avec le laboratoire d’électronique et des technologies de l’information du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) ainsi qu’avec des entreprises telles que STMicroelectronics, déjà fournisseurs du groupe.

A l’occasion de sa dernière conférence annuelle, le groupe chinois en a profité pour rappeler avoir déjà investi l’équivalent de 1,33 milliard d’euros de dépenses sur le territoire français ces cinq dernières années. De manière plus globale, Huawei revendique une dépense de R&D équivalente à 15% de son chiffre d’affaires mondial, soit environ 12,19 milliards d’euros en 2017, et emploie 80 000 chercheurs dans le monde, dont 200 en France, sur un effectif global de 180 000 salariés.

Second équipementier mondial après Samsung

En 2017, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires équivalent à 76,8 milliards d’euros et pris au géant américain Apple la deuxième marche du podium sur le marché très concurrentiel du smartphone ; l’équipementier sud-coréen Samsung occupe la première place du classement mondial. Ces chiffres proviennent du dernier baromètre trimestriel réalisé par IDC et Strategy Analytics. 

Boycotté du marché 5G australien, néo-zélandais et américain, chahuté en Allemagne et au Royaume-Uni, Huawei mise sur la France pour accroitre son développement. D’après Weiliang Shi, directeur général de Huawei cité dans un communiqué officiel: « Huawei est une société privée. Nous n’avons aucun lien avec le gouvernement chinois (…). Les Etats-Unis ne veulent pas travailler avec nous, c’est leur décision. Mais s’ils ne veulent pas, nous allons travailler avec les autres. Nous allons retirer nos investissements des Etats-Unis pour les mettre en Europe ».

 


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire