40 976, c’est le nombre exact de sites autorisés par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) au 1er juin 2018. Cette nouvelle encourageante marque une nouvelle étape décisive dans l’avancée du Plan France Très Haut débit. Décryptage, chiffres à l’appui. 

Enfin ! Dans un communiqué de presse, dévoilé le 5 juin 2018, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a rendu public le nombre de sites 4G autorisés en France. Dans les mois à venir, ce sont ainsi 40 976 sites, tous opérateurs confondus et répartis sur tout le territoire, qui vont être couverts en (très) haut débit mobile. Parmi eux, 36 441 sont déjà en service.

Cinq bandes de fréquences  

Aujourd’hui, en France, cinq bandes de fréquence permettent de fournir le (très) haut débile mobile selon les informations fournis par l’ANFR : la bande 700MHz qui inclut 2 230 sites autorisés, soit une progression de + 17,4% sur un mois ; puis la bande 800 MHz avec 32 851 sites (+ 1.5 % sur un mois) ; la bande 1 800 MHz avec 30 537 sites (+ 2.4 % sur un mois) ; la bande 2,1 GHz avec 4 933 sites (+ 23,8 % sur un mois) ; et enfin, la bande 2,6 GHz avec 26 874 sites autorisés (+ 1.5 % sur un mois).

Par ailleurs, toujours selon les informations fournies par l’ANFR, au mois de mai, le nombre de demandes d’autorisation et les mises en service de sites 4G ont continué de progresser dans l’Hexagone. Les demandes d’autorisations des sites 4G ont ainsi augmenté de 1% en un mois tandis que les mises en service de sites 4G se sont accrues de 1,2% sur la même période.

Orange leader dans le déploiement

Dernier point essentiel : au 1er juin 2018, Orange confirme sa place de leader en nombre de mises en service du réseau 4G en France avec 15 655 antennes 4G mises en service, dont 319 au cours du mois de mai 2018. SFR se place en second position avec 15 361 antennes, dont 170 lancées au mois de mai. Bouygues Telecom compte 15 057 antennes à cette date (+149 en mai) et enfin, Free (Iliad), 10 627 antennes (+153 en mai).

Quoi qu’il en soit, l’autorisation de ces nouveaux 40 976 sites à être couverts en 4G est une excellente nouvelle pour la progression du Plan France Très Haut débit, qui espère atteindre le très haut débit pour tous et partout en France d’ici à 2020.

Etablissement public dépendant du ministère de l’Economie et des Finances, l’ANFR joue un rôle de gendarme auprès des différents opérateurs télécoms. Cette agence assure par ailleurs « la planification, la gestion et le contrôle du domaine des fréquences hertziennes. Dans ce cadre, elle autorise les opérateurs mobiles à implanter leurs sites d’émission sur le territoire français » selon ses mots.

 


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire