En 2018, quatre modèles de téléphones mobiles, très populaires sur le marché, ont été épinglés par l’ANFR. La raison? Ils dépassaient les normes d’émission électromagnétiques européennes autorisées. Découvrez immédiatement quels smartphones sont concernés.

Echo, Honor, Alcatel et Neffos

L’Echo Start Plus (2,01 W/kg), l’Honor 8 (2,11 W/kg), l’Alcatel PIXI 4 de 6 pouces (2,4 W/kg) et le Neffos XI (2,52 W/kg), voici le nom des quatre modèles de smartphones signalés le 29 mai 2018 par l’Agence nationale des fréquences radio (ANFR). En effet, le problème est que ces téléphones dépassent le seuil de débit d’absorption spécifique (DAS) maximal autorisé en Europe, fixé à 2 W/kg.

Mais qu’est-ce que le DAS? Il s’agit de la quantité d’ondes électromagnétiques émises par les smartphones notamment lorsque ces derniers fonctionnent à plein régime et dans les conditions de réception les plus extrêmes. Plus le DAS d’un appareil est bas, moins il est donc dangereux pour la santé.

Le Neffos XI à échanger    

Dès l’annonce publique formulée par l’ANFR, les entreprises Echo, Honor et Alcatel ont créé des pansements logiciels, permettant de résoudre immédiatement le problème. Si en temps normal, ces mises à jour sont installées de manière automatique sur les téléphones concernés, l’Agence recommande toutefois aux propriétaires de ces modèles de vérifier que ces dernières ont bien été lancées.

Contrôlés par l’ANFR, ces pansements logiciels sont très efficaces. De son côté, le constructeur chinois TP-Link du Neffos n’a pas pu trouver à distance de solution au problème. L’entreprise a donc décidé de lancer une campagne de rappel de ses modèles, comme il l’explique sur son site Internet. Les clients ont jusqu’au 16 août 2018 pour échanger gratuitement leur modèle actuel contre un nouveau.

Une veille opérée depuis 2006 

Tous les ans, l’ANFR analyse le niveau d’émission d’ondes électromagnétiques de près de 80 nouveaux téléphones mobiles. Depuis 2006, date du début des mesures, cinq dépassements ont été enregistrés: ils comprennent les quatre présentés ici, ainsi que le smartphone Hapi30 de Orange épinglé il y a un mois, en avril 2018.

Enfin, si les rares constructeurs concernés réagissent de manière quasi immédiate lors d'une alerte, l’objectif de l’Agence nationale des fréquences radio est surtout de jouer le rôle de gendarme, afin de faire prendre conscience aux entreprises du secteur de l’importance du respect des normes.

 


Cet article vous a-t-il aidé ?
Ajouter un commentaire