Depuis plusieurs mois, les géants Qualcomm et Apple se livrent une guerre sans merci. Apple accuse Qualcomm, qui jusqu’ici produisait les modems pour iPhone, d'avoir abusé de sa position dominante et réclamé des sommes démesurées ; de son côté, Qualcomm accuse Apple de pratiques commerciales douteuses, comprenant des infractions de brevets. Explications. 

Début 2019, Qualcomm s’est félicité d’avoir remporté deux victoires juridiques en Allemagne et en Chine contre Apple. Résultat : Apple a été prié de retiré l’ensemble de ses iPhone 7 et 8 de son site allemand et de ses 15 Apple Store situés outre-Rhin ; les modèles restent toutefois en vente chez ses partenaires soit 4 300 points de vente, au grand désespoir de Qualcomm. 

Produire soi-même le plus de composants possibles 

Pourquoi une telle sentence ? Apple a été reconnu coupable d’une infraction de brevet via l’un des composants tiers utilisés dans ces iPhone. C’est la société américaine Qualcomm qui jusqu’ici produisait les modems pour les iPhone d’Apple. Mais depuis que la guerre a éclaté, le géant californien prévoit de revoir son mode de fonctionnement, en produisant lui-même ses modems, et en écartant durablement Qualcomm dans sa course à la 5G.

Selon les dernières informations de Reuters, Apple aurait rapatrié des ingénieurs dédiés à la conception de modems au sein de la division matérielle de son entreprise. Si l’investissement financier pour Apple va être important, sur le long terme, Apple aurait tout à gagner à respecter ce principe d’intégration verticale, qui consiste à produire soi-même le plus de composants possibles.

Pour information, les concurrents d'Apple, Samsung et Huawei, construisent déjà leurs propres puces mobiles et leurs propres modems. Apple a donc tout intérêt à suivre leurs exemples, afin de ne pas perdre de temps, la veille de l’arrivée de la 5G.

 


Recommanderiez-vous cet article ?
Ajouter un commentaire